Enseigner l'orthographe d'usage, c'est à certains moments axer son apprentissage non seulement sur la difficulté orthographique des mots mais encore sur des difficultés personnalisées d'un élève considéré isolément. Pour faciliter cet apprentissage individualisé ou cette remédiation, des techniques spécifiques sont proposées qui devraient permettre la mise en place de meilleures stratégies d'appropriation du mot. Elles concourent généralement à aider l'élève à dégager rapidement les informations pertinentes pour identifier le ou le(s) point(s) critique(s) du mot. II s'agit en fait de diriger l'attention de l'apprenant pour l'aider non seulement à mieux percevoir et à analyser mais surtout à diriger son attention vers une organisation.

EL WAKIL (L'orthographe d'usage, 1969) pense qu'aider les élèves à repérer les points critiques du mot, c'est leur faire acquérir une sorte d'aptitude "à porter leur attention consciemment et fortement sur ce qui, dans un mot, est particulièrement difficile" (p.189). M. DE MAISTRE (Pour l'orthographe ou contre ..., 1974) propose "afin de faciliter l'intégration des mots mal orthographiés de les grouper selon des critères phonétiques, sémantiques ou grammaticaux" (p.152).

Rappelons qu'un des principes de la rééducation (A. BOURCIER, Traitement de la dyslexie, E.S.F., 1966) est de procéder par identité de structures (p.60) c'est-à-dire que l'on va dicter à l'enfant une liste de mots contenant la même difficulté que le mot "problème" de manière à ce qu'il puisse en retrouver la bonne image (par exemple lointain c'est comme dans train, main, pain …). Cette idée d'organisation se retrouve également chez CHASSAGNY (La rééducation du langage écrit, Neret, 1972) lorsqu'il conseille en matière d'autocorrection des exercices d'identification, de différenciation et d'association des structures de la langue écrite alors même qu'il axe toute la rééducation sur l'aspect relationnel du langage (p.128 et suivantes).

Pour conclure sur ce point, si nous avons rapidement esquissé les problèmes d'individualisation et de remédiation, c'est parce que cela peut nous aider à mieux cerner des difficultés spécifiques dans l'apprentissage de l'orthographe d'usage.